Kristina Buozyte, réalisatrice de Vanishing Waves

Cineuropa rencontré la réalisatrice lituanienne Kristina Buozyte à propos de son deuxième long métrage, Vanishing Waves, aux MUCES (Muestra de Cine Europeo) 2012 à Ségovie. Vanishing Waves, qui a eu sa première au festival international de Karlovy Vary 2012, a remporté le Méliès d’Or du meilleur long-métrage fantastique européen, et sera disponible sur Walk this Way en VàD dès le 15 juillet au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Turquie.

La sortie d’un film lituanien est assez rare. Vous sentez-vous chanceuse d'avoir été en mesure de faire de votre film?
Bien sûr, je suis très heureuse d'avoir eu la chance de faire le film que je voulais faire - parce que ce film n’est pas très standard. [...] Ce n’est pas mon premier film, c’est mon deuxième long-métrage. Et avec mon premier long-métrage [The Collectress, 2008], j’ai en quelque sorte réussi à faire mon chemin vers le second. [...] Il a ouvert les portes à ce film.

Pourquoi Vanishing Waves a-t-il eu un tel succès dans le circuit des festivals internationaux?
(Rires) C’est peut-être un « pourquoi ? » destiné aux critiques. Mon objectif pour le film était non seulement de raconter une histoire, mais aussi de créer une expérience visuelle pour les spectateurs. J’ai non seulement fourni une couche, l'histoire, mais aussi une sorte de voyage. Un voyage visuel et un voyage philosophique. Cela a peut-être porté ses fruits, ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas (rires).

Qu'est-ce que remporter le Méliès d'Or signifie pour vous?
Ce fut une très grande surprise. J’en suis vraiment heureuse car nous sommes lituaniens, et il est très difficile d'obtenir une audience pour le film – c’est un film spécifique. Chaque prix et chaque mention donne plus de chance au film d'atteindre le public. C’est la chose la plus importante, parce que nous avons écrit le film pour le public.

Vous ne pensez pas qu'il est un peu étrange que votre film soit susceptible d'obtenir une plus large audience à l'étranger qu'en Lituanie ?
Il y a un problème avec la chaîne principale qui détient 90% des salles de cinéma : ils refusent de montrer notre film. Ils disent qu'il n'y est pas assez commercial. [...] Cela nous empêche de toucher le public. [...] Bien sûr, il est dommage de voyager à l'étranger et d'atteindre un public et d’y montrer votre film – alors que dans mon pays, nous avons un tel problème. Pour moi personnellement, en tant que créatrice, c’est très difficile.

Comment avez-vous travaillé le côté visuel de Vanishing Waves ?
Premièrement, j’ai co-écrit Vanishing Waves avec Bruno Samper, qui est également le directeur créatif de Vanishing Waves, ce qui signifiait qu’il est aussi venu avec des idées visuelles. Nous avons pensé à l’aspect visuel dès le processus de création [...]: parler à travers des images et à travers la musique, à travers des compositions, et générer des idées à travers cette manière de parler. [...] J’ai beaucoup regardé de films d'Antonioni parce que pour moi, ce réalisateur est vraiment un maître. Ses films ne sont pas sur la narration - ils sont sur la vie et le fait d'être là.

Pensez-vous que le succès de Vanishing Waves peut être utile pour obtenir des co-producteurs pour votre prochain projet ?
J’espère que cela m’aidera et m’ouvrira certaines portes. [...] Pour moi, en tant que créatrice, je souhaite parler d’idées universelles, de problèmes universels et de concepts universels qui pourraient atteindre le public en quelque lieu que ce soit. [...] Nous allons donc voir ce que cela va apporter.

Voir toute l'interview (en anglais) :

 

vendredi 31 juillet 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube