La Belle et la Bête: Seydoux et Cassel héros d'un conte de fées pour petits et grands

Adapté à de nombreuses reprises depuis la naissance du cinéma, le conte fantastique classique La Belle et la bête de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve  avait bien besoin d’une mise à jour visuelle. C’est désormais chose faite avec coproduction franco-allemande très fidèle à l’histoire originale de Christophe Gans (qui réalise ici son quatrième long métrage après Crying FreemanLe Pacte des loups et Silent Hill).

Le réalisateur y a réuni un casting où brillent les stars françaises de renommée internationale Vincent Cassel (Black Swan, Mesrine, Ocean’s Twelve) et Léa Seydoux (La Vie d’Adèle, Les Adieux à la Reine, Journal d’une femme de chambre), ainsi qu’André Dussollier (vu dernièrement dans Aimer, Boire et Chanter d’Alain Resnais) et l’Espagnol Eduardo Noriega (Una pistola en cada mano). A leurs côtés figurent entre autres Audrey Lamy, Sara Giraudeau, Nicolas Gob et l’Allemande Yvonne Catterfeld.

La Belle et la bête fait la part belle aux effets spéciaux et aux images de synthèse pour porter sur le grand écran l’histoire d’un marchand (André Dussollier) qui, après avoir volé une rose dans le jardin de la Bête, se voit condamner à mort par cette dernière. Il va être sauvé par sa fille cadette, Belle (Léa Seydoux), qui accepte pour cela de se livrer à la monstrueuse créature (Vincent Cassel).

L'esthétique du film, tout en costumes et en décors fabuleux (le film a d’ailleurs reçu le César 2015 des meilleurs décors), captivera sans doute les très jeunes spectateurs, surtout s’ils ne connaissent pas l’adaptation qu'a produite Disney du conte en 1991.

La beauté et la vulnérabilité de Léa Seydoux en font une princesse de conte de fées convaincante, et les scènes dans lesquelles elle explore le château enchanté ou dans lesquelles elle fait tout son possible pour rejoindre la bête sont les plus impressionnantes visuellement.

Ecrit par le réalisateur avec Sandra Vo-Anh et présenté en première mondiale hors-compétition au Festival de Berlin 2014, La Belle et la Bête a connu un immense succès au box-office français et international, avec pas moins d’1,82 millions d’entrées en France et 4,39 millions à l’étranger en 2014 – se classant ainsi troisième film français de l’année à l’international, derrière Lucy de Luc Besson et Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu de Philippe de Chauveron.

A découvrir dès le 30 avril en vidéo-à-la demande, au Danemark, Norvège, Suède et Finlande.

Parions qu’il séduira toute la famille, des plus grands aux plus petits.

mercredi 29 avril 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube