Plus qu’une histoire de Q

« Qu’on le chuchote ou qu’on le crie, qu’on s’ennuie ou s’extasie, tout le monde aime le sexe », note le réalisateur français Laurent Bouhnik (24 heures de la vie d’une femme) a propos de son film Q, visionable en vidéo à la demande depuis le 15 juillet.

Q (qui porte comme sous-titre « Amours, désirs et complications… »), c’est l’histoire de Cécile (Déborah Révy), une jeune femme qui, à la mort de son père, recherche le réconfort auprès de ses amies et de ses amours.

Provocatrice et extravertie, libre de son corps et de ses plaisirs, Cécile assume sa vie sexuelle libérée. Cécile va rencontrer, au hasard des rencontres, plusieurs personnes : Alice (Hélène Zimmer, qui vient de réaliser À 14 ans), une jeune fille romantique un peu coincée rêvant d’un avenir de conte de fées, Matt (Gowan Didi), le garçon quelque peu volage qu’Alice voit en cachette, et Virginie (Christelle Benoit), femme mariée qui, suite à un traumatisme, n’arrive plus à s’autoriser des moments intimes avec son mari.

Cécile, objet de désir mais libre de choisir, traversera la vie de ceux et celles qui l’entourent avec un tel désir qu’elle les transformera et les révèlera à eux-mêmes.

« J’ai compris que Q était avant tout un film d’amour, qui peignait en toile de fond la société qui aujourd'hui n’encourage pas les liens profonds qui unissent les gens mais plutôt les relations superficielles, la surconsommation », explique l’actrice principale, Déborah Révy.

Tourné à Cherbourg, à quelques heures de ferry de l’Angleterre (en écho aux Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy), est surtout un film controversé et sexuel : interdit aux mois de 16 ans à sa sortie en France fin 2011, Q représente de façon explicite des scènes de sexualité, dont un bon nombre ne sont pas simulées par les acteurs...

« Faire un film sur l’amour sans le montrer serait aussi vain que de s’intéresser à la politique sans discuter de pouvoir. L’exception de ce film réside dans le fait que ce sont de véritables acteurs professionnels, n’ayant aucune expérience dans le milieu de la pornographie, qui ont mis leur corps et leur cœur au service de leur personnage », explique Laurent Bouhnik. « Je savais de toute façon dès le premier casting que ces scènes seraient "non simulées". J'y suis allée en écoutant mon instinct même si le regard des gens est parfois violent lorsqu'il s'agit de dépasser certaines limites, d'autant plus quand il s'agit de "cul" et qu'on est une femme... », ajoute Déborah Révy.

Le très attendu Love de Gaspar Noé, vendu comme contenant lui-aussi des scènes de sexes non simulées et présenté en première mondiale en Séance de Minuit au festival de Cannes 2015, n’a donc qu’à bien se tenir.

Q est disponible grâce à Walk this Way au Danemark, en Norvège et en Espagne. Isztambul, Les Rencontres d’Après-Minuit et Vanishing Waves sont les trois autres films du catalogue Histoires d’Amours inattendues.


mardi 21 juillet 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube