Les grands esprits se rencontrent Vol. 2 - Une adaptation et un remake

“L’ennemi est intérieur. Garnett est en effet son pire ennemi. Et c’est ça le cœur du film.” – La voie de l’ennemi de Rachid Bouchareb

Rachid Bouchareb a décidé de faire un remake, La voie de l’ennemi (faisant partie de la collection Des Hommes à Cran, disponible depuis le 22 avril), s’inspirant de Deux hommes dans la ville (1973) de l’écrivain et réalisateur José Giovanni, où figurait un casting pour le moins impressionnant : Alain Delon, Jean Gabin, Mimsy Farmer et Gérard Depardieu. Utilisant un alias à la place de son vrai nom,Joseph Damiani, le réalisateur de la version originale de 1973 est lui-même un ancien criminel, après avoir passé 11 ans et demi de prison avant de devenir écrivain et cinéaste à sa libération. La dernière adaptation d’un de ses livres est Le Deuxième Souffle d'Alain Corneau sorti en 2007, avec Daniel Auteuil et Monica Bellucci.
Fidèle à l’intrigue originale, le film présente un criminel libéré de prison qui retente sa chance dans la vie en se tenant loin des problèmes, mais qui est inévitablement hanté par les crimes qu'il a commis. Bouchareb se concentre sur la lutte intérieure – l'ennemi intérieur – du protagoniste, William Garnett (Forest Whitaker). Il prend ainsi ses distances avec la vision de Giovanni pour livrer une forte critique du système judiciaire. “Si Deux hommes dans la ville a pu être une source d’inspiration, La voie de l’ennemi est loin d’en être un remake pur et dur. [...] Dans ce sens le titre du film, La voie de l’ennemi, est symbolique. L’ennemi est intérieur. Garnett est en effet son pire ennemi. Et c’est ça le cœur du film.”
Regardez la bande-annonce du film qui a inspiré Bouchareb et qui lui a permis d’ajouter sa touche personnelle à l’histoire :

Deux hommes dans la ville (1973), réalisé et écrit par José Giovanni - l'histoire originale avec un casting français extraordinaire https://www.youtube.com/watch?v=xkM0wxcxCMY

"Lauri Maijala montre aux fans des films à la Very Bad Trip ce qu’est une gueule de bois à la finlandaise  – avec Gloriously Wasted" - Irina Krohn (Fondation du film de Finlande) sur le long-métrage de Lauri Maijala

Gloriously Wasted (Juoppohullun päiväkirja) est le premier long-métrage du réalisateur finlandais Lauri Maijala, qui s’inspire de la première partie d'une série de livres sur Juha Berg, un ivrogne de 30 ans (le titre anglais étant d’ailleurs Diary of a Drunk). Compte tenu de son expérience dans l'écriture et dans  la mise en scène de pièces de théâtre, Maijala a sélectionné une source littéraire populaire pour son premier long-métrage dont ila aussi écrit le scénario.
Ce qui a commencé en 1998 comme le blog du chroniqueur radio et animateur de télévision Juha Vuorinen - la source éponyme de son personnage d’ivrogne Juha Berg - conduit à la fondation de sa propre maison d'édition Diktaattori Oy, via laquelle il distribue sa série de livres renommés. Il est maintenant producteur de l'adaptation de son modèle littéraire.
Le film "montre aux fans des films à la Very Bad Trip ce qu’est une gueule de bois – à la finlandaise", selon Irina Krohn, directrice générale de la Fondation du film de Finlande. Avec la trilogie Very Bad Trip réalisée par l’américain Todd Phillips sur les lendemains de soirées fortement arrosées, la version “finlandaise“ peut se targuer d’une plus grande série de films, avec cinq titres déjà parus : 1. Juoppohullun päiväkirja (Gloriously Wasted), 2. Tolppa-apina, 3. Raskausarpia, 4. Vaippaihottuma, 5. Dokumentti (publié en 2014).
Alors que la Collection Scandinave sera disponible dès le 23 novembre, retrouvez Juha Berg dans l'adaptation Gloriously Wasted et tentez de comprendre la “version finlandaise" en regardant la bande-annonce de Very Bad Trip (2009) ici.

mardi 3 novembre 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube