Walk this Way : mêmes réalisateurs, nouveaux films

Les réalisateurs des 34 films du projet Walk This Way ne s´arrêtent jamais. Plusieurs d´entre eux ont déjà réalisé d’autres longs-métrages : du drame social à la comédie régressive, il y en a pour tous les goûts.  Petit aperçu :


                                                               Michel Gondry : Microbe et Gasoil (2015)


Après le documentaire animé Is the man who is tall happy? Conversation animée avec Noam Chomsky en VoD depuis le 1er juin, le célèbre cinéaste français Michel Gondry revient avec un nouveau long-métrage personnel, une comédie sur deux jeunes amis réalisant un projet fou : construire leur voiture avec quelques planches et une tondeuse à gazon, et partir sur les routes de France...
Sorti dans les salles françaises en juillet 2015, Microbe et Gasoil est une comédie tendre et touchante sur l´amitié et l´adolescence, inspirée par les propres souvenirs d´enfance du fantasque cinéaste. "On était une famille de hippies de Versailles, on a été très choyés par nos parents, pas du tout bourgeois, et j'ai toujours été ami avec les cas sociaux de l'école. J'ai commencé à additionner des souvenirs et ça a donné cette histoire d'amitié", raconte Gondry."J´avais envie de faire quelque chose qui vient entièrement de moi, quelque chose qui est basé sur des personnages, avec une narration vraiment linéaire, et une manière de filmer très simple."

Jérôme Enrico : Cerise (2015)


Sa comédie Paulette (VoD dès le 1er septembre),dans laquelle une retraitée se lance dans le commerce du cannabis,a été récompensée du 1er Prix Bernhard Wicki et a connu un grand succès dans les salles.Cerise, le nouveau film du réalisateur français Jérôme Enrico est de nouveau une comédie ayant pour héroïne une femme, mais il s'agit cette fois d´une jeune fille (interprétée par la fille d’Isabelle Adjani, Zoé Adjani-Vallat), envoyée par sa mère pour un séjour en Ukraine chez son père qu’elle ne connaît pas.
"Le film est inspiré par ma belle-fille, Irina, qui nous a donné cette idée, une espèce de fashion victime, qui tout d´un coup est partie vivre un an avec son père en Ukraine. C´était le point de départ“,confie Enrico. “C´est un peu le roman d´apprentissage d´une adolescente avec son univers de pacotille, avec ses rêves bidons, […] et qui petit à petit mûrit, grandit au contact d´une autre société." Cerise, vraie comédie sur l'adolescence, est sortie en France en avril 2015.

Anthony Marciano : Robin des bois, la véritable histoire (2015)


Anthony Marciano et le comédien et humouriste Max Boublil ont écrit ensemble le scénario des Gamins (sortie VoD le 1er septembre), une comédie transgénérationelle sortie en 2013 qui a fait plus d'un million d'entrées en France.
Deux ans après, le réalisateur signe son nouveau long-métrage : Robin des bois, la véritable histoire. Dans cette version revisitée, Robin des Bois (incarné par Boublil) est un sale type qui, avec son compère Tuck, ne vole que les pauvres, les femmes ou les personnes âgées : fini le héros-modèle. Pour Marciano, l’idée "était de faire un personnage comme ça, en partant de Robin des Bois qui est censé être vaillant, bon, noble, prend le risque de sacrifier sa vie pour nourrir les pauvres et puis d´en faire une petite frappe". Le film est lui-aussi sorti en avril 2015 dans les cinémas de l’Hexagone.

Pierre Jolivet : Jamais de la vie (2015)


Main armées, le 14e long-métrage de Pierre Jolivet sorti en 2012, est un thriller lui a valu les éloges du public.
Trois ans plus tard, le réalisateur français signe Jamais de la vie, un long-métrage à mi-chemin entre le thriller et le film social sur la crise du travail.  Il tourne autour de Franck (Olivier Gourmet), ancien ouvrier spécialisé et ex-délégué syndical, devenu gardien dans un centre commercial après avoir perdu son emploi. Autrefois aux avant-postes du combat social, il est aujourd´hui un homme résigné. Selon le réalisateur, Jamais de la vie est un film sombre, à l'image de "notre époque très dure". Pierre Jolivet, qui s´est dévoué au cinéma social, a choisi une nouvelle fois de présenter la crise sous forme de thriller. "Le polar, c'est la meilleure façon de parler de sujets sérieux tout en distrayant le spectateur."

Johanna Vuoksenmaa : Adult camp (2015)


Après avoir évoqué les mariages brisés dans 21 bonnes raisons de détruire un mariage - le film finlandais le plus populaire de 2013 avec plus de 400.000 entrées et en VoD dès le 23 novembre 2015, Johanna Vuoksenmaa a réalisé une comédie sur l´épanouissement personnel : Adult Camp, sorti en janvier 2015 en Finlande.
Ecrit par la réalisatrice, Adult Camp raconte l´histoire d´un groupe d’hommes et de femmes qui passent leurs vacances d'été dans un camp pour adultes, sur l’archipel de Turku. De cette expérience, ces individus en quête d’épanouissement personnel reviendront changés. 

Ferenc Török : No Man's Island (2014)


En 2012, le cinéaste magyar Ferenc Török a écrit et réalisé Isztambul, son quatrième long-métrage de fiction. Le scénario est centré sur une mère dont la vie part en lambeaux après une rupture avec son mari décidant alors de s’enfuir. Le film est disponible en VoD depuis le 15 juillet.
Le réalisateur revient en 2014 avec No Man´s Island , présenté en première mondiale à la 42ème édition du Hungarian Film Week. Le film retrace les mésaventures de trois jeunes en quête de bonheur : une conductrice de taxi ayant économisé pour acheter une maison sur une île du Pacifique, un talentueux basketteur n'ayant pas confiance en lui et une mariée en fuite.

Janez Burger : Avtošola (2015)


Silent Sonata (en VoD dès le 30 septembre), le troisième long-métrage du réalisateur slovène Janez Burger, a représenté en 2012 la Slovénie dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Silent Sonata est un film allégorique dont l'action se passe après une guerre et dans un pays non-identifiés. Sans dialogue, Silent Sonata repose sur une photographie impressionnante et une grande perfection technique.
Avtošola, le dernier film du réalisateur, est centré sur Robert, un investisseur sans scrupule cherchant à acquérir un terrain pour y construire un centre commercial. Il devra faire face à deux obstacles : l’auto-école possédant le terrain et sa propre fille, Lija, qui souhaite prendre des cours dans cette auto-école. Avtošola est sorti en février 2015 dans les salles de cinéma slovènes.

Magnus Gertten : Every face has a name


Pour réaliser son documentaire Le port d´Espérance (2011), Magnus Gertten s´est penché sur un événement peu connu : au printemps 1945, 30.000 rescapés de camps de concentration ont débarqué dans le petit port paisible de Malmö, en Suède. Pour aborder cet événement historique, le réalisateur suédois s’est appuyé sur de nombreux films et images d’archives et sur les commentaires de trois rescapés.
En février 2015, la suite de ce documentaire est sortie dans les salles suédoises. Dans Every face has a name, des survivants de la seconde guerre mondiale reviennent sur leur histoire sur fond d’images d’archives tirées d’un film tourné en avril 1945 à leur arrivée en Suède. "Il est évident que ce documentaire a une mission humaniste. Les personnes sur les images d´archives ne sont pas simplement des victimes anonymes. Ce sont des vraies personnes qui ont des noms, comme nous tous. Mon film rend leurs noms à de nombreux survivants arrivés à Malmö le 28 avril 1945", explique Gertten.

lundi 26 octobre 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube