Dany Boon, un malade imaginaire Supercondriaque

L’humoriste nordiste Dany Boon, roi de la comédie française à succès, arrive en vidéo à la demande ! Quelques années après l’immense carton au box-office de Bienvenue chez les Chti’s (20,48 millions de spectateurs France en 2008, de jolis scores à l'étranger et un remake gagnant en Italie) puis de Rien à Déclarer en 2010, Dany Boon écrit, interprète et réalise son quatrième long-métrage, Supercondriaque. Cette comédie populaire marque ainsila 2è collaboration de Dany Boon avec son célèbre complice à l’écran, Kad Merad.

Dans Supercondriaque, le scénario est centré sur Romain Faubert (Dany Boon) qui n’a ni femme, ni enfant à presque 40 ans et dont le métier de photographe pour un dictionnaire médical en ligne ne fait rien pour atténuer l’hypocondrie régissant sa vie, avec son cortège de peurs, de névroses, de phobies des germes et des maladies. Son unique ami, le médecin généraliste Dimitri Zvenka (Kad Merad) regrette amèrement d’avoir pris en affection ce patient intrusif qu’il soigne depuis près de 20 ans. Pour se débarrasser de cet envahissant malade imaginaire, il envisage un remède original : aider Romain à trouver la femme de ses rêves. Il l’invite donc dans des fêtes, l’inscrit sur des sites de rencontre, le coache en matière de séduction... Mais trouver l’oiseau rare qui pourra supporter Romain se révèlera encore plus compliqué que prévu.

"L’hypocondrie n’est pas un thème de comédie puisqu’elle génère des idées ou des personnages assez négatifs et qu’on en fait vite le tour" souligne Dany Boon, pratiquant dans son film l’autodérision sur sa propre peur obsessionnelle de tomber malade. "Mon idée était donc de montrer comment vit un hypocondriaque, les difficultés des rapports humains en société (...) Ça m’intéressait de voir comment ce gars arriverait à trouver l’amour malgré sa névrose...".

Supercondriaque, qui tourne dans une première partie autour de cette maladie, permettant au célèbre humoriste de se donner en spectacle à coup de pitreries et autres grimaces et cris caractéristiques, va en effet au-delà du pitch de départ, amenant nos personnages principaux (Romain et Dimitri, mais aussi Anna la sœur de Dimitri interprétée par Alice Pol et Anton Miroslav interprété par Jean-Yves Berteloot) jusqu’au pays imaginaire du Tcherkistan (les scènes ayant été tournées en Hongrie), dans de grosses scènes d’action, qui feront réaliser à Romain que sa maladie imaginaire est bien peu de choses face aux vrais problèmes de la vie.

Lancé en février 2014 sur plus de 800 copies, Supercondriaque  a séduit 1,7 million de spectateurs en 5 jours, réalisant le meilleur démarrage pour un film français depuis 2011 et l'opus précédent du cinéaste, Rien à déclarer. Le film Walk this Way s’est placé à la seconde place du classement des films français les plus vus dans l’Hexagone en 2014 avec 5,2 millions d’entrées, derrière Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ?  de Philippe de Chauveron et devant Lucy de Luc Besson, et a été le 9è film français le plus vu à l’étranger au cours de cette même année.

Un peu plus d’un an et demi après sa sortie sur les écrans français, cette supercomédie familiale de 107 minutes sera visionnable en exclusivité au Danemark, en Suède, en Norvège, en Grande-Bretagne, en Irlande, en République Tchèque, en Slovaquie et en Finlande dès le 1er septembre 2015, au sein de la collection des neuf Comédies à la Carte.

lundi 7 septembre 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube