15 documentaires européens à ne pas manquer

Alors que la collection Walk This Way documentaires du monde - comprenant Mama Africa de Mika Kaurismäki, L’Effet Domino d’Elwira Niewiera et Piotr Rosolowski, My Way to Olympia de Niko von Glasow, La Dernière Ambulance d’Ilian Metev, Le Port d’Espérance de Magnus Gertten et Red Forest Hotel de Mika Koskinen - est sortie en vidéo à la demande le 15 mai, retour sur 15 des meilleurs documentaires européens à ne pas manquer : 

Lumière ! Le cinématographe 1895-1905 des frères Lumières, édité par l’Institut Lumière (2015) - France


A l’occasion du 120e anniversaire du Cinématographe, l’Institut Lumières de Lyon a rassemblé et restauré une centaine des premières images animées au monde. Découvert au festival de Cannes 2015, le film est commenté et (principalement) réalisé par Thierry Frémaux, directeur de l’Institut et du Festival de Cannes. 

Sugar Man de Malik Bendjelloul (2012) – Suède, Royaume-Uni, Finlande


Récompensé de l’Oscar 2013 du meilleur documentaire, le film part à la recherche de Sixto Rodriguez (Sugar Man), chanteur américain du début des années 1970 maudit, oublié dans son pays mais star sans qu’il le sache à l’autre bout du monde, en Afrique du Sud, symbole de la lutte contre l’Apartheid.  

Nuit et brouillard d’Alain Resnais (1955) - France


A la demande du comité d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale pour le 10e anniversaire de la libération des camps de concentration, le réalisateur français Alain Resnais se rend dans sept camps de la mort, dont Auschwitz, et y retrace, à l’aide de documents d’archives, le lent et terrible calvaire des déportés. 

Le sel de la terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado (2014) – Brésil, France


Le célèbre réalisateur allemand part à la découverte de l’immense photographe brésilien Sebastião Salgado, qui a parcouru le monde durant des décennies pour témoigner des événements majeurs de notre histoire récente. Projeté au festival de Cannes 2014, le documentaire a reçu le Prix Un Certain Regard. 

L’homme à la caméra de Dziga Vertov (1929) – Union soviétique


“L’homme à la caméra“ sillonne la ville d’Odessa, son appareil à l’épaule et en saisit le rythme ainsi que celui des vies qu’il croise. Film muet, le film est devenu célèbre par son approche éclatée, sa mise en abyme, les techniques cinématographiques utilisées et son montage. 

Leçons de ténèbre de Werner Herzog (1992) – Grande-Bretagne, Allemagne, France


Le réalisateur allemand Werner Herzdog présente le désastre des puits de pétrole en feu après la fin de la guerre du Golfe, à travers des images surréelles. 

Sur le chemin de l'école de Pascal Plisson (2013) – France, Chine, Afrique du Sud, Brésil, Colombie


Sur le Chemin de l’école suit quatre enfants du bout du monde réunis par leur ardent désir d’apprendre. Magnifiquement photographié, ce film a reçu le César du meilleur documentaire. 

Sans Soleil de Chris Marker (1982) - France


Chris Marker opère une réflexion en images sur divers pays, notamment la Guinée-Bissau et le Japon, dans un collage lyrique sous forme d’essai cinématographique. Sans Soleil a reçu une Mention d’Honneur à la Berlinale 1983. 

5 Caméras Brisées d’Emad Burnat et Guy Davidi (2011) - Palestine, Israël, France


Emad Burnat documente l’histoire de son village de Cisjordanie, alors qu’un mur de séparation vient d’être élevé par Israël, expropriant ainsi 1.700 des habitants pour “protéger“ la colonie juive de Moni’in Illit. 5 Caméras Brisées a reçu le prix de la réalisation documentaire à Sundance. 

Le cauchemar de Darwin de Hubert Sauper (2004) – Autriche, Belgique, France, Allemagne


Le réalisateur se penche sur les conséquences de l’arrivée de la perche du Nil, introduite dans les années 1960 au sein du Lac Victoria, exterminant de nombreuses espèces de poissons : exportations, industrialisation, urbanisation, violence, trafics d’armes… Le cauchemar de Darwin a reçu le César de la meilleure première œuvre.  

Shoah de Claude Lanzmann (1985) – Royaume-Uni, France


Ce documentaire de 566 minutes fait revivre le voyage des Juifs européens vers la Mort durant la Seconde Guerre Mondiale à travers des entrevues de témoins de la Shoah et des prises de vues sur les lieux de l’Holocauste. Le documentaire a mis 12 ans à voir le jour et a été tourné dans 14 pays.  

Citizenfour de Laura Poitras (2014) – Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis


Laura Poitras dresse un portrait intime et historique d’Edward Snowden, à l’origine de la révélation de documents secret-défense de la NSA. Citizenfour a été sacré Meilleur Documentaire aux Oscars 2015 ainsi qu’aux BAFTA. 

Le Funambule de James Marsh (2008) – Grande-Bretagne, Etats-Unis


Le funambule est Philippe Petit qui, en 1974, a eu l’audace de tendre un câble entre les deux tours du World Trade Center pour une prestation qualifiée de “crime artistique du siècle“. Le documentaire a reçu l’Oscar du Meilleur film documentaire 2009. 

The Act of Killing – L’Acte de Tuer de Joshua Oppenheimer (2012) – Danemark, Norvège, Grande-Bretagne


Joshua Oppenheimer se rend en Indonésie 45 ans après le génocide de près d’un million d’opposants politiques et y découvre que les survivants n’osent pas témoigner alors que les bourreaux, protégés par un pouvoir corrompu, s’expriment et proposent même de rejouer avec fierté les actes commis. The Act of Killing a été meilleur film documentaire aux European Film Awards 2013. 

Valse avec Bashir d’Ari Folman (2008) – Allemagne, Israël, France


Ce film d’animation autobiographique retrace les souvenirs oubliés de son réalisateur et de ses compagnons d’arme alors qu’il était un jeune soldat durant la guerre du Liban, au début des années 1980. Sélectionné en compétition du 61e festival de Cannes, Valse avec Bashir a été récompensé du César du meilleur film étranger.

mardi 15 décembre 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube