Parlons de la violence : un point de vue sans précédent sur la décolonisation africaine

Parlons de la violence (Concerning violence) est un documentaire sorti en 2014, écrit et réalisé par Göran Ollson. Ce dernier a exhumé des archives de la télévision suédoise pour monter et mettre en image des enregistrements, images et entretiens retraçant l’histoire des peuples africains et de leurs luttes pour la liberté et l’indépendance.

Primé aux festivals du film de Berlin, de Oslo et de Göteborg et nominé au prestigieux festival de Sundance, Parlons de la violence est à découvrir à partir du 2 mai en VoD, via la collection Documentaires du monde

Pendant la guerre froide, les cinéastes suédois radicaux se sentaient concernés par les luttes anti-impérialistes et socialistes qui pouvaient naître à travers le monde et plus particulièrement en Afrique. En recoupant et montant une centaine d’heures d’archives issues de ces enregistrements, le réalisateur nous offre un point de vue sans précédent sur le processus de la décolonisation africaine. 

Il faut se replonger dans ces images percutantes pour comprendre la violence inhérente au principe colonial. Car cette violence, institutionnalisée et déshumanisante, ne pouvait entrainer en réciproque que la réponse toute aussi violente, car désespérée, que fut la période de la décolonisation. 

Les « morceaux d’époque » présentés dans le film sont des reportages auprès des guérilleros du Mozambique ou sur le front des guerres d'indépendance en Tanzanie et en Angola ou encore entretiens avec des colons en Rhodésie... Ils mettent en rapport la bonne conscience du colon dissertant sur son terrain de golf ou au bord de la piscine et la réalité de la population africaine, soumise à son pouvoir.

Chacun de ces fragments (présentés comme « neuf scènes de l'auto­défense impérialiste ») restitue une facette de l'horreur coloniale, mais leur interaction donne l'impression sidérante de voir se dessiner toute une cartographie de la violence en Afrique.

La voix off du film qui permet aux spectateurs de contextualiser ces images est celle de Lauryn Hill. L'ex-membre des Fugees avait déjà participé au précédent film du réalisateur, The Black Power Mixtape, en tant que commentatrice, aux côtés d'autres pointures de la culture afro-américaine.

Parlons de la violence puise ses sources dans "Les Damnés de la Terre" de Frantz Fanon, homme de lettres originaire des Antilles françaises et pionnier de la littérature afro-antillaise. Publié en 1961, le livre est une analyse minutieuse des violences qui ont accompagné la décolonisation de l'Afrique et des diverses conséquences qui en ont découlé. "Les Damnés de la Terre" a été préfacé par Jean-Paul Sartre et a influencé plusieurs générations d'écrivains africains.

Ce film est un documentaire important qui convie la puissance du texte de Frantz Fanon à la force des images d’un passé récent. Il fait étrangement écho à notre actualité. Car la violence n’est engendrée que par la violence.

samedi 30 avril 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube