Comprendre le monde avec Walk This Way

La deuxième collection 2016 de Walk This Way est dans les starting-blocks : le programme de distribution en VàD, qui propose des films sur des plateformes telles qu’iTunes, Amazon, Google Play, Filmin, Flimmit et UniversCiné, a préparé une nouvelle série de films à ajouter à sa collection Docs From Around the World (Documentaires du monde). Cette sélection de documentaires, dans laquelle figuraient l’année dernière des titres de Mika Kaurismäki (Mama Africa) et d’Ilian Metev (La Dernière Ambulance), donne cette année l’opportunité à ses spectateurs de mieux comprendre le monde qui les entoure en proposant sept documentaires à succès des plus percutants.

L’œuvre polonaise Papusza, l’un des films qui se démarque le plus dans la collection, marie fiction et documentaire en décrivant la vie de Bronisława Wajs (dite "Papusza"), une célèbre poétesse et chanteuse classique polonaise-rom (1908-1987). Réalisé par les cinéastes Joanna Kos-Krauze et Krzysztof Krauze, ce film en noir et blanc, récompensé en compétition à Karlovy Vary, s’intéresse à cette femme de grand talent qui souhaite préserver sa culture grâce aux mots et doit en payer le lourd tribut. Le film sera disponible en Belgique, en République tchèque, en France, en Hongrie, en Irlande, en Italie, au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Portugal et en Slovaquie.

Au fil du temps à Shanghai d’Uli Gaulke est un autre biopic documentaire sur des artistes en difficulté. Décrit comme le Buena Vista Social Club chinois, ce documentaire allemand nous plonge dans l’histoire du Peace Old Jazz Band, un groupe de jazz de Shanghai dont les membres ont entre 65 et 87 ans et ont lutté toute leur vie contre les manifestations successives de l’oppression en Chine, tout en aspirant à un succès international qui ne saurait tarder à arriver. Les spectateurs danois, français, irlandais, italiens, norvégiens, espagnols, suédois et britanniques auront la possibilité de voir ce film.

La vieillesse est également au centre de l’histoire plus intime du documentaire Ne m'oublie pas, par le réalisateur allemand David Sieveking. Le cinéaste y décrit l’état de sa mère, victime de la maladie d’Alzheimer, et les conséquences de cette situation sur sa famille – dont une assez particulière qui découle de la relation très ouverte de ses parents depuis le mouvement étudiant des années 60… Primé à la Semaine de la critique de Locarno, le film sera proposé en Irlande, en Italie, en Norvège, en Espagne et au Royaume-Uni.

Autre titre qui met les années 60 et 70 à l’honneur, Parlons de la violence, du réalisateur suédois Göran Olsson, pose un regard totalement inédit sur les mouvements nationalistes et indépendants en Afrique, en les associant à des extraits du livre controversé Les Damnés de la Terre de Frantz Fanon, et fournit une analyse très pointue de la déshumanisation des personnes touchées par la colonisation. Ce film est un incontournable pour ceux qui souhaitent en apprendre plus sur l’héritage de l’impérialisme blanc d’Europe occidentale, qui est ici raconté par la chanteuse Lauryn Hill en personne. Ce documentaire dévoilé à la Berlinale sera disponible en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Espagne.

L’Énergie de demain, du cinéaste autrichien Hubert Canaval, aborde lui aussi un sujet d’ampleur internationale en posant une question épineuse : comment continuer à utiliser l’énergie issue du pétrole et du gaz sans détruire notre environnement ? Ce documentaire éclairé s’intéresse au secteur de l’énergie et à son lien avec le dérèglement climatique et l’avenir de notre planète. Les spectateurs vivant en Belgique, au Danemark, en France, en Irlande, en Italie, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne, en Suède et au Royaume-Uni pourront regarder ce film.

L’avenir de la Terre est également passé à la loupe dans Le bébé de trop du réalisateur autrichien Werner Boote. Le monde est-il surpeuplé ? L’épuisement des ressources naturelles, l’accumulation de déchets toxiques, les famines et le dérèglement climatique sont-ils dus à la surpopulation de la planète ? Cet ingénieux documentaire qui explique les conséquences de la croissance démographique sera proposé en Belgique, en Finlande, en Irlande, en Italie, aux Pays-Bas, en Norvège, en Espagne, en Suède et au Royaume-Uni.

Pour finir, la science est à nouveau au centre des préoccupations avec le documentaire CERN du cinéaste autrichien Nikolaus Geyrhaulter. Le réalisateur s’immerge dans le centre européen dédié à la recherche nucléaire et y rencontre les ingénieurs qui ont conçu le Grand collisionneur de hadrons, tout en essayant de saisir le sens des recherches de ce centre suisse dont les scientifiques essayent tout bonnement de recréer le Big Bang. Les Danois, les Finlandais, les Allemands, les Norvégiens, les Espagnols, les Suédois et les Britanniques auront la possibilité de se procurer ce film.

Les prochaines collections seront bientôt dévoilées !

samedi 30 avril 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube