Cinq documentaires européens qui s'interrogent sur le passé, le présent et l'avenir de notre planète

Aujourd’hui, les êtres humains ne sont plus aussi liés à la nature qu’auparavant, ce qui risque de causer la destruction de notre planète. Y a-t-il encore un espoir pour l’humanité ? Ces documentaires européens pourraient bien vous apporter des éléments de réponse :

Le bébé de trop de Werner Boote (2013)

Cet ingénieux documentaire du réalisateur autrichien Werner Boote – connu pour Plastic Planet – explique les conséquences de la croissance démographique alors que la population mondiale compte désormais plus de sept milliards d’habitants. Boote se demande de façon simple et divertissante si l’épuisement des ressources naturelles, l’accumulation de déchets toxiques, les famines et le dérèglement climatique sont dus à la surpopulation de la planète. Ce film sera disponible dès le 2 mai dans la collection Docs from around the world (Documentaires du monde) de Walk this Way. 

L’Énergie de demain d’Hubert Canaval (2014)

Réalisé par l’Autrichien Hubert Canaval, L’Énergie de demain s’intéresse pour sa part aux catastrophes nucléaires, aux guerres pour s’approprier le pétrole et le gaz, au dérèglement climatique et à l’augmentation constante de la consommation d’énergie. Pouvons-nous subvenir à nos besoins en énergies sans mettre notre existence en danger ? Les énergies propres constituent-elles une alternative viable ? Ce documentaire utilise des explications simples afin de nous initier aux ressources écologiques et de nous en apprendre plus sur leur potentiel. Ce film sera également proposé à partir du 2 mai dans la collection Docs from around the world de Walk this Way.

CERN de Nikolaus Geyrhalter (2013)

CERN est l’œuvre d’un autre Autrichien, le réalisateur multi-récompensé Nikolaus Geyrhalter. Cet incroyable documentaire nous plonge au cœur de l’immense dispositif mis en place par le CERN (Conseil européen pour la recherche nucléaire). Grâce à des entretiens avec les ingénieurs qui ont conçu et utilisent le Grand collisionneur de hadrons, une gigantesque machine à recréer le Big Bang, et à une magnifique mise en scène, ce film aborde la science et la naissance de notre planète avec beauté et philosophie. Nikolaus Geyrhalter est connu pour avoir réalisé les documentaires à succès Apportés par le fleuve, Notre pain quotidien, Abendland, et Homo Sapiens, projeté en avant-première lors de la dernière Berlinale. Vous pourrez retrouver CERN dès le 2 mai dans la collection Docs from around the world de Walk this Way. 

Fossil Free (VPRO Backlight) de Martijn Kieft (2015)

Fossil Free est un documentaire du cinéaste néerlandais Martijn Kieft qui s’intéresse à un groupe de plus en plus nombreux de citoyens qui n’ont plus confiance en la capacité des politiques à gérer le dérèglement climatique, ces derniers s’intéressant davantage à ses retombées financières, puisqu’investir dans le charbon, le pétrole et le gaz provoque non seulement une augmentation des températures mais comporte également des risques financiers conséquents. Grâce à des campagnes engagées et à des discussions avec différents acteurs, notamment les caisses de retraite et les universités, les militants de Fossil Free tentent d’inciter les sociétés à désinvestir dans les secteurs responsables des émissions de dioxyde de carbone élevées. En suivant des militants et des opérateurs financiers, VPRO Backlight cherche à découvrir les avantages et la nécessité de cette nouvelle manière de faire campagne. Vous pouvez regarder Fossil Free en ligne ici.

Planète Océan de Yann Arthus-Bertrand et Michael Pitiot (2012)

Planète Océan est un documentaire de Yann Arthus-Bertrand (photographe, journaliste et écologiste français de renom connu pour son livre La Terre vue du ciel en 1999 et ses films Home en 2009 et Human en 2015) et Michael Pitiot (scénariste et réalisateur français). Le film considère la planète comme un seul écosystème dont toutes les vies sont interconnectées et raconte l’histoire dramatique de l’océan, dont personne n’est le propriétaire et que tout le monde exploite par conséquent sans scrupules. Des images époustouflantes et une narration intelligente sont au service d’une réflexion profonde sur la façon dont l’humanité détruit progressivement sa propre planète. 

samedi 30 avril 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube