Interview : Ferzan Ozpetek, réalisateur d’Attachez vos ceintures

Une passion interdite et bouleversante et puis les années qui passent, la maladie, les déséquilibres qui se font jour... En parcourant ces étapes d'un voyage vers la guérison, physique et des sentiments, Attachez vos ceintures, qui est son dixième long métrage, permet à Ferzan Ozpetek de retrouver ses thèmes de prédilection : l'amour, l'amitié et la manière dont on réagit aux événements inattendus. Le film, qui fait partie de la collection Unexpected Love Stories (Histoires d’Amours Inattendues), sera disponible en vidéo à la demande à partir du 27 juin.

Interview :

Pourquoi avez-vous choisi ce titre, Attachez vos ceintures ?
Ferzan Ozpetek : Le titre renvoie au fait que dans la vie, à un moment ou un autre, on traverse tous des turbulences, comme quand on prend l'avion. Il y a des moments où l'on est secoué, où il faut attacher sa ceinture. Dans le film, je raconte la vie d'un couple (Elena, interprétée par Kasia Smutniak et Antonio, joué par Francesco Arca, nldr) appelé à affronter différentes épreuves en treize ans de vie commune, mais ce dont le film parle, c'est surtout du temps qui passe, de l'amitié et de la maladie, le tout à travers une grande histoire d'amour. Maintenant que j'ai 55 ans, je sais que ce qui reste quand le temps passe, c'est l'amour, l'amitié et la solidarité entre les gens.

Qu'est-ce qui vous a inspiré ce film ?
Un couple d'amis. Un soir, il y a six ans, j'ai organisé un dîner pour une amie que la maladie avait beaucoup changé physiquement, et je lui ai posé une question sans doute indélicate : j'ai demandé si elle et son mari couchaient encore ensemble. Et elle m’a répondu : "Non seulement on dort ensemble, mais il continue de me désirer ! Rien ne les dégoûte, les hommes". Cette phrase m'a fait rire mais elle m'a aussi ému car j'y ai senti l'amour qu'il y avait entre eux, malgré les difficultés et les changements qui s'opèrent au fil du temps.

Le film n'épargne au spectateur aucun détail (même les plus crus) de la maladie : il y a les chimiothérapies, la chute des cheveux, l'amour consommé au sein de l'hôpital...
On a toujours peur de parler de la maladie. Aujourd'hui, les gens vont au cinéma pour rire, mais dans ce film, il y a autant de larmes que de rires, il y a de l'émotion. L'histoire semble d'abord légère et puis treize ans après, les choses prennent une autre direction : tous les personnages doivent faire face à des changements importants et leurs incertitudes sont chamboulées. Pour ce qui est de la scène de sexe dans l'hôpital, les consultants à qui nous avons fait lire le scénario ont confirmé que les choses se passaient bien ainsi : dans 90% des cas, les infirmiers laissent des moments de solitude aux couples pour qu'ils soient ensemble, ou du moins qu'ils essaient. Il n'est pas si difficile de trouver, même dans la douleur, le temps de rire un peu. Mon amie m'a raconté que même en voyage de par le monde, elle ne pensait qu'à une seule chose : sa perruque. C'est ainsi que nous avons eu l'idée du personnage excentrique de la coiffeuse, incarnée par Luisa Ranieri.

En savoir plus sur Attachez vos ceintures :

samedi 25 juin 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube