Quatre films autobiographiques français

Écrire son autobiographie n’est pas facile en soi, mais les choses deviennent encore plus compliquées lorsqu’il s’agit de porter ses mémoires sur grand écran. Malgré tout, les cinéastes français semblent maîtriser cet art à la perfection. Voici une sélection par Walk This Way de quatre films autobiographiques français pour tous les goûts, de la fiction au documentaire en passant par le cinéma d’animation.

Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne (France, Belgique, 2013, fiction)

Disponible en VàD dès le 11 juillet dans la collection Films premium

Ce film autobiographique très personnel se caractérise par un mode de narration unique en son genre et une incroyable performance de Guillaume Gallienne, qui joue à la fois son propre rôle et celui de sa mère. Au-delà de la découverte de son identité sexuelle, ce film raconte de façon extrêmement drôle et bouleversante l’histoire d’un homme qui va vivre une série d’expériences douloureuses avant de savoir qui il est vraiment et de s’émanciper de l’image que sa mère a de lui. Le long-métrage, projeté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2013, a été applaudi aussi bien par le public que par la critique. Il a également décroché cinq César, notamment celui du meilleur film, du meilleur premier film, de la meilleure adaptation et du meilleur acteur.

La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli (France, 2011, fiction)

La Guerre est déclarée est un film profondément intime et courageux sur le combat d’un jeune couple pour sauver son fils d’une tumeur maligne au cerveau. Ce long-métrage réalisé par Valérie Donzelli, qui a également co-écrit le scénario et qui interprète le rôle principal aux côtés de Jérémie Elkaïm, s’inspire de la véritable histoire vécue par les deux acteurs du temps où ils étaient en couple et s’occupaient de leur fils gravement malade. Ce film très émouvant, encensé à la Semaine de la Critique à Cannes en 2014, récompensé à dix reprises (notamment à Gijón, à Palm Springs, à Paris Cinema et aux Étoiles d'Or) et nominé onze fois (à Cannes, aux César et aux Globes de Cristal, entre autres) est une œuvre incontournable qui plonge le public au plus profond des expériences personnelles de ses auteurs.

Les Plages d’Agnès d’Agnès Varda (France, 2008, documentaire)

Ce documentaire, un essai autobiographique dans lequel la grande cinéaste Agnès Varda célèbre son 80e anniversaire devant la caméra, se charge d’une incroyable élégance émotionnelle et de souvenirs en images empreints d’une grande excentricité visuelle au fur et à mesure que Varda retourne dans les lieux qui ont marqué sa vie. Le film comporte de nombreuses photos, images d’archive et vidéos qui permettent au spectateur d’en apprendre plus sur la vie privée de la réalisatrice, même si cette dernière soulève finalement plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Ce long-métrage a été nominé à plusieurs reprises et a remporté nombre de prix, notamment le César du meilleur documentaire, le US National Society of Film Critics Award du meilleur film documentaire et le Perseverance Award de l’Alliance of Women Film Journalists.

Couleur de peau : Miel de Laurent Boileau et Jung (2012, France, Belgique, Corée du Sud, Suisse, animation)

Couleur de peau : Miel est l’adaptation au cinéma d’une série de bandes-dessinées réalisées par Jung qui retrace sa vie et son retour en Corée du Sud. Dans les années 60, près de 200 000 enfants coréens ont été adoptés à l’étranger, la plupart d’entre eux étant supposés être issus d’unions mixtes entre des soldats occidentaux et des Coréennes. Jung faisait partie de ces enfants et a été adopté par un couple belge à l’âge de cinq ans. Couleur de peau : Miel nous entraîne dans un délicieux voyage à la découverte de qui l’on est vraiment. Le film, qui a été primé deux fois et nominé une fois à Annecy, a obtenu une Mention spéciale à Turin et a été nominé aux Magritte ainsi qu’au Festival international du film de Melbourne, est un incontournable non seulement pour les passionnés de cinéma d’animation mais aussi pour tous les autres cinéphiles.

jeudi 7 juillet 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube