Cinq films uruguayens à ne pas manquer

Que ce soit en explorant la vie des réfugiés près d’une plage, la routine d’un petit village perturbée par l’arrivée du Pape ou un voyage épique à travers le pays pour rejoindre l’océan, Walk this Way vous propose de découvrir l’Uruguay de manière spectaculaire grâce à un top cinq des films en provenance de ce pays, à ne surtout pas manquer :

Mr. Kaplan d’Álvaro Brechner (2014 - Espagne, Uruguay, Allemagne)

Disponible en VàD à partir du 5 septembre dans la collection Comédies à la Carte

Mr. Kaplan, dont les génériques de début et de fin utilisent avec à-propos “SS in Uruguay“ de Serge Gainsbourg, raconte l’histoire de Jacob Kaplan, un juif ordinaire qui a fui l’Europe pour se rendre en Uruguay lors de la Seconde Guerre mondiale. À l’âge de 76 ans, il apprend qu’un Allemand rôde près des côtes d’une plage voisine et décide de mener son enquête. Mr. Kaplan est une comédie philosophique sur le vieillissement qui associe profondeur émotionnelle et humour noir dans un film poignant. Sale temps pour les pêcheurs d’Alvaro Brechner, avait été sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes en 2009, tandis que Mr. Kaplan a été sélectionné au Festival de Biarritz Amérique Latine, au Festival international du film de Chicago et au Monte-Carlo Film Festival de la Comédie, et a reçu sept récompenses de l'Association des critiques de film de l’Uruguay.

Whisky de Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll (2004 - Uruguay, Argentine, Allemagne, Espagne)

Grâce à son histoire incroyablement sensible et humaine et aux remarquables performances de ses acteurs, le long-métrage uruguayen Whisky est une œuvre mémorable qui mérite d’être vue. Le film s’intéresse à la relation fraternelle complexe qui existe entre le riche et prospère Hernan et son frère Jacobo, qui tente de prouver sa valeur. Ce long-métrage rempli de subtilités et de scènes métaphoriques est une représentation émotionnelle des difficultés quotidiennes rencontrées par l’être humain pour donner un sens à sa vie. Le film a remporté le prix FIPRESCI Un Certain Regard à Cannes en 2014 ainsi que plusieurs autres récompenses de festivals internationaux comme ceux de Chicago, Thessalonique, La Havane et Tokyo.

Gigante d’Adrián Biniez (2009 - Uruguay, Argentine, Allemagne, Espagne, Pays-Bas)

Gigante se déroule à Montevideo, la capitale de l’Uruguay, et se penche sur la vie monotone de Jara, un homme solitaire et silencieux d’une trentaine d’années dont la vie bascule lorsqu’il tombe amoureux de Julia. Gigante est un film avec peu de dialogues qui explore le pouvoir consumant du voyeurisme. Alors que Jara est loin d’être une menace, il interpelle le spectateur par son côté surprotecteur et sa solitude. Ce film a reçu, entre autres, un Ours d'argent à la Berlinale en 2009 et le prix Horizontes au Festival international du film de Saint-Sébastien.

Les toilettes du Pape de César Charlone et Enrique Fernandez (2007 - Uruguay, Brésil, France)

Ce film réalisé par César Charline, directeur de la photographie de La cité de Dieu et La Constance du jardinier, se déroule en 1988 à Melo, un village d’Uruguay à la frontière brésilienne qui se prépare à l'arrivée du Pape Jean-Paul II. Les habitants sont enthousiastes et espèrent non seulement une bénédiction divine mais aussi un peu de bonheur matériel. Les toilettes du Pape est un excellent film qui dresse un portrait réaliste du village de Melo et de ses habitants, lesquels sont une métaphore des difficultés rencontrées par les plus pauvres et des efforts qu'ils doivent fournir pour survivre. Ce long-métrage a été sélectionné dans la section Un Certain Regard du Festival de Cannes en 2007 ainsi que lors des festivals du film de Saint-Sébastien et de Sao Paulo.

Seawards Journey de Guillermo Casanova (2003 - Uruguay, Argentine)

Seawards Journey raconte l’histoire de cinq villageois qui organisent leur premier voyage vers l’océan. Ce film sur les rêves et l’amitié, à la cinématographie simple mais éblouissante, nous fait découvrir la beauté de la campagne uruguayenne. Seawards Journey réussit parfaitement à transmettre la chaleur et la vulnérabilité des personnages au spectateur, ce qui fait de ce long-métrage l’une des œuvres les plus mémorables de l’histoire du cinéma uruguayen. Le film, qui a également été choisi pour représenter l'Uruguay à la 76e cérémonie des Oscars, a remporté de nombreux prix remis notamment par l’Association des critiques de films de l’Uruguay, le Festival international du film de Mar del Plata et le Festival du film latino-américain de Huelva.

vendredi 2 septembre 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube