Libre et assoupi : colocation, canapé, farniente pour horizon de vie

Sébastien, 29 ans, n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c'est son canapé. Sa vie, il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais dans notre société, si tu ne fais rien, tu n'es rien, alors il va devoir faire… Un peu. Portrait d’une génération qui recule sans cesse le passage à l’âge adulte, qui enchaîne les études, les stages ou les boulots foireux, le réalisateur français Benjamin Guedj suit dans Libre et assoupi Sébastien et ses deux colocataires qui passent le temps en essayant d’en faire le moins possible. Ce qui n’est pas si rare mais qui peut être mal vu.   

Dans la tradition des comédies générationnelles des années 1990 de Cédric Klapisch, comme Le péril jeune ou L’auberge espagnole, mais aussi de ses grands frères américains (on pense à Clercks, les employés modèles de Kevin Smith ou Slacker de Richard Linklater), Libre et assoupi oppose intelligemment, à l’horizon 2010, l’enthousiasme juvénile aux credo de la société contemporaine que sont le travail, l’ambition et la carrière. Le ton est frais et insouciant, mais la désinvolture du récit permet d’aborder, sans en avoir l’air, des questions assez essentielles dans le paysage européen contemporain, comme celles du partage du travail ou de la vie en entreprise.

Le film, adapté du roman Libre, Seul et Assoupi de Romain Monnery, est servi par un casting particulièrement soigné qui, sur scène, dans des sketchs sur la chaîne de télévision Canal + ou au grand écran, impose un nouveau ton et fait partie de la génération montante : Baptiste LecaplainCharlotte Le Bon et Félix Moati. Alors que l’actrice québécoise fait ses premiers dans une carrière internationale et a notamment été remarquée dans Bastille Day de James Watkins (et apparaîtra prochainement dans The Promise de Terry George, aux côtés de Christian Bale), Félix Moati, qui avait remporté le César du Meilleur Espoir en 2013 pour son rôle dans Télé Gaucho de Michel Leclerc, a gagné pour sa performance dans Libre et assoupi le Coup de cœur du jury au festival international du film de comédie de l'Alpe d’Huez.

Enfin, le délicieux second rôle campé par Denis Podalydès (qui jouait déjà dans la comédie Du vent dans mes mollets de Carine Tardieu, disponible en vidéo à la demande depuis 2015) en conseiller du Pôle Emploi plein de folie rentrée et d’humanité, face à ces jeunes plus légers que désoeuvrés, est à apprécier.

Cette comédie, véritable ode à la fainéantise, est à découvrir en vidéo à la demande sur son canapé, dès le 5 septembre, parmi sept autres Comédies à la carte.

Libre et assoupi – Bande-annonce :

vendredi 2 septembre 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube