Sept grands films sur la façon de surmonter la maladie

Tenter de vaincre la maladie, ou apprendre à vivre avec, confronte les gens à leur plus grandes peurs, et leur montre une nouvelle facette de leur personnalité. Walk this Way présente une sélection de sept films présentant le chemin incroyable de personnes confrontées au plus grand défi de leur vie :

La Fille aux neuf perruques (The girl with nine wigs)  de Marc Rothemund (2013, Allemagne, Belgique)

Disponible en VoD à partir du 28 novembre dans la collection Drames primés - Award Winning Dramas

La Fille aux neuf perruquesexplore le personnage de Sophie (interprétée par la célèbre actrice Lisa Tomaschewsky), une jeune fille diagnostiquée d’un cancer alors qu’elle vient tout juste de commencer ses études. Son monde bascule ; elle y voit pourtant l’opportunité de prouver son âme de combattante, qui n’accepte pas de laisser sa maladie l’empêcher de vivre sa vie le plus pleinement possible. Le film est inspiré du roman au succès international de Sophie Van Der Tap, adapté par Marc Rothemund, lauréat de l’Ours d’argent à la Berlinale.

Attachez vos ceintures de Ferzan Ozpetek (2014, Italie)

Disponible en VoD depuis le 27 juin, dans la collection Histoires d'amour inattendues

Attachez vos ceintures est une comédie dramatique italienne, un conte complexe sur les relations humaines et une touchante comédie romantique qui explore la passion et la sexualité moderne. Toutes les vies et croyances des personnages sont remises en question lorsque la protagoniste du film, Elena, apprend qu’elle a un cancer du sein. Un film incontournable qui a récolté cinq récompenses et 20 nominations, avec les jeunes stars Kasia Smutniak (Perfetti sconosciuti, From Paris with Love) et Francesco Arca.

Intouchable d’Olivier Nakache et Eric Toledano (2011, France)

Un des plus grands succès du cinéma français de ces dernières années, Intouchable figure sans aucun doute parmi les meilleures comédies dramatiques européennes modernes. Le film suit un aristocrate tétraplégique qui engage un jeune homme de la banlieue parisienne comme aide-soignant. Réalisant une superbe performance, François Cluzet et Omar Sy dégagent à l’écran une alchimie qui hypnotise. Il ne s’agit pas dans Intouchable de surmonter la maladie, mais d’une amitié spéciale qui permet de redonner le rire et la joie à une personne qui avait depuis longtemps oublié ce que signifie le bonheur, pour se redécouvrir et apprécier la vie à nouveau.

Philadelphia de Jonathan Demme (1993, Etats-Unis)

Philadelphia est un film américain des années 1990, un des premiers à aborder les préjugés sur le SIDA et l’homophobie. Il suit un homme, Andrew Beckett, associé principal d’un grand cabinet d’avocat, renvoyé le jour où la société découvre qu’il a le SIDA. Andrew engage un avocat peu connu et homophobe, mais le seul prêt à le défendre dans un procès pour licenciement abusif. Philadelphia met en scène Tom Hanks et Denzel Washington. Le film a reçu deux Oscars, un Golden Globe et un Ours d’Argent, en faisant un classique incontournable pour tous les cinéphiles.

Blind de Tamar Van Den Dop (2007, Belgique, Pays-Bas)

Le scénario de Blind est original : les deux personnages principaux vivent avec la « maladie » depuis très longtemps, mais ne réussissent toujours pas à l’accepter. Ruben (Joren Seldeslachts) est un jeune homme solitaire qui a perdu la vue lorsqu’il était petit, tandis que Marie est albinos, effrayée et manquant de confiance en elle. Tous deux partagent une passion pour les livres ; la mère de Ruben engage Marie comme lectrice pour son fils. Ce film traite du pouvoir de l’amour et répond à une question : l’amour rend-il toujours aveugle si l’homme est en train de récupérer la vue ? Blind, écrit et réalisé par la réalisatrice hollandaise Tamar Van Den Dop, a été projeté en première mondiale au Festival de Toronto.

Aaltra de Benoît Delépine, Gustave Kervern (2004, Belgique, France)

Véritable découverte du cinéma indépendant, Aaltra est un film incroyable, une comédie non conventionnelle mettant en scène deux personnages paralysés, pendant de longues scènes fascinantes tournées en noir et blanc. Le film suit la rivalité entre deux voisins qui se retrouvent à la suite d’une série d’évènements tragi-comiques dans une chambre d’hôpital, tous deux paralysés des jambes. Le film est écrit et réalisé par deux comédiens français, Benoît Delépine et Gustave de Kervern, qui jouent aussi les personnages principaux. Ce bijou pour les cinéphiles européens a remporté le prix FIPRESCI à Londres, le Meilleur Acteur à Puchon et le Prix du Public au Festival de Transylvanie.

Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman (2001, France)

Se souvenir des belles choses est un film qui suit une femme dans la trentaine, présentant les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer, dont sa mère est morte il y a peu. Elle intègre une clinique où elle fait la connaissance d’un homme traumatisé après un accident de voiture, dans lequel sa femme et son enfant sont morts. Portant sur la tragédie personnelle, la capacité d’aimer à nouveau et de recommencer sa vie à zéro, ce film a remporté le César du meilleur premier film, de la meilleure actrice et du meilleur acteur dans un second rôle.

jeudi 24 novembre 2016, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube