Le Moine : Un conte de vertu et de tentation

Le Moine, roman gothique culte de Matthew Gregory Lewis (dont la publication en 1796  avait  causé l’indignation et avait valu à son auteur de 19 ans des accusations de blasphème), est adapté par Dominik Moll. Vincent Cassel y joue le rôle de Frère Ambrosio, sur le point de tomber en disgrâce…

Abandonné par ses parents en 1595, un nouveau-né est laissé devant un Monastère des Capucins à Madrid et est pris en charge par les moines. Il grandit et devient Frère Ambrosio, un prêtre renommé et strict, qui attire les croyants venant de loin pour écouter ses sermons envoûtants. Sûr de sa propre perfection morale, il n’éprouve aucune pitié pour les pécheurs et se croit à l’abri de la tentation. Mais le héros est au bord du précipice.

Lorsque le jeune apprenti Valerio arrive au monastère couvert d’un masque de cire – qui, dit-il, cache ses blessures provenant d’un terrible accident – le masque allégorique de perfection morale d’Ambrosio commence à se fissurer. Son sort est annoncé par un cauchemar récurrent : dans une scène hitchcockienne, il se trouve sur un toit et regarde d’en haut une femme à cape rouge. Le Moine joue avec ce présage des rêves et de désir via des images et des références familières, la connexion œdipienne, le pacte faustien et le paysage du paradis. C’est dans ce dernier que Frère Ambrosio aime errer paisiblement - jusqu'à ce que son "Eve" (Déborah François) entre dans son "Jardin d'Eden".

L'histoire se dénoue dans des décors peints par la lumière et les ténèbres. "Je voulais profiter pleinement de la richesse visuelle du décorum gothique et catholique : diable, processions, inquisition, crucifix, fantômes, cimetières, souterrains, corbeaux, scolopendres, myrte magique. [...] Le folklore des situations et des personnages archétypaux va également dans ce sens", explique Dominik Moll. Avec une imagerie inspirée (entre autres) par les peintures de Velasquez et de Goya, le réalisateur se fonde sur une atmosphère romane de "mystère et d'imagination".

Le Moine marque la première collaboration de Moll avec Vincent Cassel, qui décrit le style de jeu  attendu par le réalisateur comme un "minimalisme allemand-japonais", décrivant une tension interne – une folie contrôlée demandant peu de mouvement mais un fort trouble intérieur. Ceci est l'état dans lequel nous trouvons Ambrosio.

Vincent Cassel, qui a interprété un autre genre de monstre dans La Belle et la Bête de Christophe Gans (collection Films Premium de Walk this Way), découvre un amour plus grand que celui envers Dieu – alors qu’il avait précédemment dénoncé une jeune nonne enceinte éprouvant une telle passion Le châtiment est inévitable.

Le Moine est disponible depuis le 30 septembre au Danemark, en Norvège, en Suède et en Finlande.

mardi 6 octobre 2015, de Cineuropa

facebook

twitter

youtube